On a regarde ensemble au moins 1000 saisons, toutes series TV confondues, on a ecume les restaurants du quartier, on a deja dit du mal des collegues, des beaux-parents, des amis communs, des candidats a la presidentielle ainsi que Lana Del Rey, on s’est deja dit n fois qu’on s’aimait et autant de fois qu’on ne s’aimait plus, on a l’impression d’avoir epuise la totalite des sujets <a href="https://datingmentor.org/fr/rencontres-gay/">https://datingmentor.org/fr/rencontres-gay/</a> de conversations possibles et on sera alors ensemble.

Notre routine designe un ensemble d’habitudes qui donne une sensation de monotonie.

Mais concretement, qu’est-ce qui finit via lasser les amoureux ? On a interroge des femmes pour leur demander leur avis en la matii?re…

1/ La routine, c’est un jeu de role.

«Le probleme, ce n’est aucun faire forcement identiques choses, mais de devoir etre toujours la meme personne. Mes qualites et des defauts que l’autre nous attribue seront marques au fer rouge dans l’histoire du couple. Greg dit que j’habite chiante : c’est devenu une caracteristique admise. Neanmoins, du coup, je me permets plus rapidement d’etre chiante avec lui qu’avec quelqu’un d’autre.», avoue Margaux, 28 annees, thesarde. « C’est vrai.», rencherit Line, 26 ans, commerciale. « Un jour, je lui ai demande d’ouvrir ma petite bouteille d’eau, parce que le bouchon etait tellement bien visse que j’avais des difficultes. J’aurais pu y arriver seule, mais je lui ai demande de l’aide. Quelque part, j’ai senti que ca lui faisait joie d’etre l’homme tri?s et que moi, ca me faisait joie d’etre la femme fragile. Depuis, je n’essaie meme plus : je lui tends le moindre bocal qui passe…»

Le couple se forme concernant un partage des roles. Celui qu’on accepte de jouer et celui que l’on attribue a l’autre. Sans s’en rendre compte, on est devenu sa tante, sa fille, sa meilleure amie, sa confidente. Parce qu’on a ecoute un coup ses problemes. Deux fois. H fois. Et qu’aujourd’hui, il vit sa journee en pensant a Notre facon dont il va nous la raconter le apri?m. Ce role accepte, il devient complexe d’en sortir. Parce qu’il definit qui on est avec rapport a l’autre, notre fonction au couple et peut-etre la raison meme Afin de laquelle on reste aimee.

« Je n’aime pas la mode, je n’aime jamais les cosmetiques, je ne lis pas de magazines feminins… Et ca ne derange jamais du tout Mathieu. Il ne me reproche jamais de ne pas etre assez feminine. Au contraire, il adore bien que je sois naturelle. Mais, c’est vrai qu’il m’arrive des fois d’avoir envie de mettre du rouge a levres Prenons un exemple. Si j’essaie d’en mettre, je me demaquille dans la seconde ! Parce qu’en me voyant dans le miroir, j’ai peur d’avoir l’air ridicule : votre n’est pas le visage auquel c’est habitue. Briser la routine, me concernant, votre serait sortir maquillee une salle de bain regulii?rement.» admet Laetitia, 48 annees, responsable de rayon.

J’ai routine commence donc par une vision de soi-meme que l’on propose au debut d’une relation… Une vision que l’autre nous impose ensuite, en la refletant. Jusqu’a votre que une personnage finisse avec nous convaincre nous-meme.

« Mais le jeu de role est d’abord sexuel », precise Line.

« Dans un couple, il y a toujours un domine et un dominant, un entreprenant et un passif, etc. On ne passe pas sans probli?me de l’un a l’autre quand la distribution fut faite ».

Creer la surprise, c’est prendre le risque de faire peur a l’autre, de ne pas lui plaire, d’etre rejete. On n’ose pas toujours faire surgir l’imprevu au coeur d’un ballet bien regle, d’une zone de confiance. Mais briser la routine, ne veut pas dire se lancer dans des pratiques qui ne nous paraissent pas naturelles. Ca implique juste de ne pas rejouer sans cesse le meme role, mecaniquement. Se questionner via ses envies. Les laisser jaillir. Ca va forcement surprendre l’autre. Mais la surprise est un des moteurs en sexualite.

2/ Notre routine, c’est une prison affective

On emploie souvent le commentaire « routine » pour penser autre chose. Il arrive qu’un couple ait construit a deux des horaires, des habitudes, un mode de vie, ainsi, qu’il ait ensuite de la peine a s’ouvrir aux autres… Deux adeptes du cocooning pourront avoir tendance a voir toute invitation a faire la fete tel une atteinte a leur bien-etre. Le probleme, dans ce cas, c’est que l’on finit via s’enfermer. Parce que l’on ne se sent plus reellement en securite qu’en couple. Le partenaire devient votre refuge. Et individu exterieur, une menace.

« Avec notre ex, on ne se quittait jamais. On se retrouvait tous les soirs, on ne sortait nullement l’un sans l’autre. Si j’allais a une fi?te sans lui, je pensais d’avantage a votre qu’il est en train de faire de son cote qu’a m’amuser. En fera, je crois que j’avais bien le temps peur de le perdre. », raconte Alexandra, 26 annees, estheticienne.

La routine va quelquefois dissimuler une dependance affective mutuelle. On se construit un monde a deux, 1 rythme a 2, une vision a deux. On juge les autres a deux. Et on finit avec eprouver une sensation enfermement. On accuse l’appartement d’etre trop petit, la metropole d’etre desagreable, on aimerait demenager, demissionner, partir a l’etranger, mais c’est en realite le couple qui est devenu etouffant.